Le joint de dilatation est un élément de maçonnerie incontournable dans la réalisation d’ouvrages de grandes dimensions. Il permet de préserver durablement une construction des dommages causés par des mouvements ayant diverses origines : le retrait du béton, les effets de dilatation et de contraction dues aux variations de températures, le tassement des structures, les mouvements générés par l’environnement extérieur tel que le vent et le trafic routier ou encore les séismes.

Le joint de dilatation est un espace vide, libre de tout matériau entre deux parties d’un ouvrage. Il permet ainsi à chaque élément de se mouvoir librement pour éviter tout entrechoquement.

 

Dans cet article, découvrez les 8 points essentiels à prendre en compte pour choisir un joint de dilatation optimal.

veda certifications officielles
  • Localisation du profilé

Un joint de dilatation peut se situer à l’intérieur ou à l’extérieur d’un bâtiment. Il peut être présent sur les sols, les murs, les façades, les plafonds ou encore les toitures.

  • Ouverture initiale du joint de dilatation

La largeur du joint de dilatation correspond à l’espace vide se trouvant entre les deux parties d’ouvrage.

  • Mouvements de l’ouvrage

Selon l’environnement, des mouvements horizontaux, verticaux, de cisaillements ou bien les trois en même temps peuvent être envisagés, de faibles ou de fortes amplitudes (standards ou sismiques).

  • Trafic et charges pour les joints de sol

La sélection du joint se fera en fonction du type de trafic (camions, grues, chariots élévateurs, voitures, transpalettes, piétons, engins à roues dures ou souples, etc.) et des charges attendues.

  • Type de pose

Il existe deux types de joint : le joint de dilatation avec pose rapportée et le joint de dilatation avec pose encastrée. Le premier vient se positionner lorsque le revêtement de sol est achevé, comme finition sur des sols finis alors que le second se fixe avant le revêtement du sol.

  • Finition souhaitée

Différentes finitions sont possibles sur un joint de dilatation : couleur, anodisation, laquage, capots inox ou laiton, etc.

  • Etanchéité du joint de dilatation

Une membrane (VED’EPDM) de la longueur du joint peut être rajoutée sous le joint de dilatation pour assurer son étanchéité.

  • Budget

Enfin, un élément important et non des moindres, le budget alloué !

Pour en savoir plus, contactez-nous.

METRO-PARIS